La disparité des multiples de valorisation encourage les fusions et acquisitions transfrontalières

November 18, 2021 Jelle Stuij
Head of Marketing & Operations

Paris, 18 novembre 2021 - En Europe, les écarts importants entre les multiples de valorisation contribuent à l’essor des fusions-acquisitions transfrontalières.

Une étude menée par Dealsuite révèle que les entreprises de taille moyenne du marché français sont en moyenne valorisées 9,8 % de plus que celles des Pays-Bas, avec un multiple d'Ebitda de 5,36 contre 4,88.

Comprendre ces différences de valorisation significatives en Europe peut aider les acquéreurs et les cédants à saisir des opportunités transfrontalières.

Les cédants de certains pays sont susceptibles d'obtenir des valorisations plus élevées en recherchant des acheteurs transfrontaliers, et les entreprises à la recherche d'acquisitions pourront bénéficier d'une meilleure valorisation au-delà de leurs frontières.

Des différences transfrontalières

Les différences transfrontalières sont particulièrement visibles dans certains secteurs. Par exemple, les entreprises françaises de vente au détail sont évaluées à 5 fois leur EBITDA, contre seulement 2,95 fois aux Pays-Bas.

Dans le secteur de la construction et de l'ingénierie, les entreprises de la région DACH ont une valorisation supérieure de plus de 50 % à celle de leurs homologues françaises. Dans les deux cas, il existe des possibilités de fusions-acquisitions transfrontalières permettant de tirer parti de ces différences.

Même dans les secteurs où les fusions et acquisitions ont été fréquentes au cours de l'année écoulée, les écarts de valorisation sont importants. Les entreprises du secteur des services informatiques et du développement de logiciels présentent les valorisations moyennes les plus élevées, mais celles-ci varient de 8,65 au Royaume-Uni et en Irlande et de 8,25 dans les pays d'Europe centrale et orientale, à 7,5 en France et 6,55 aux Pays-Bas.

comparison

Un schéma similaire de différences de valorisation entre pays est également évident dans le secteur des soins de santé et des produits pharmaceutiques, ainsi que dans celui des services aux entreprises. Dans ces secteurs, les cessionnaires néerlandais pourront trouver de meilleures offres auprès d'acquéreurs internationaux. A l’inverse, les entreprises britanniques et irlandaises ainsi que celle de la région DACH ont tout intérêt à réaliser des acquisitions aux Pays-Bas.

Ce changement est particulièrement visible sur le secteur industriel et manufacturier, où les entreprises du Royaume-Uni et de l'Irlande sont nettement moins bien valorisées (4,5) que leurs homologues en Allemagne (6,15), aux Pays-Bas (5,35) et en France (5,15).

La création de valeur

Les petites entreprises ont en général un multiple d'EBITDA inférieur à celui des grandes entreprises (Damodaran, 2011; Grabowski and Pratt, 2013). Cela s'explique, entre autres, par une prime de risque plus élevée qui a pour effet de réduire la valorisation. De nos jours, de nombreuses grandes entreprises se déplacent vers le marché intermédiaire pour rechercher des cibles d'acquisition.

Un manque de transparence

Les différences géographiques dans les multiples d'EBITDA sont principalement dues à un manque de transparence. Toutefois, avec l'essor des solutions de recherche de contreparties en ligne, une meilleure vue d'ensemble du marché est désormais disponible. Cela permet d'améliorer l'analyse comparative et de repérer davantage de transactions.

Dealsuite est une solution de recherche de contreparties, sur invitation uniquement, qui offre une meilleure vue d'ensemble du marché ainsi qu'un accès à un réseau privé de professionnels en fusions et acquisitions. Dealsuite permet de réaliser plus facilement des opérations (transfrontalières) plus nombreuses et de meilleure qualité.